Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Conseil de sécurité de l'ONU : Déclaration à la presse sur la situation au Burundi

Communiqué de la Mission des Etats-Unis d'Amérique auprès des Nations Unies

New York City, le 19 décembre 2015

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

NOTE: Mission des Etats-Unis auprès de l'ONU, en qualité de Président du Conseil de sécurité des Nations unies.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur profonde préoccupation face à l'escalade continue de la violence au Burundi, ainsi que l'augmentation des cas de violations des droits de l'homme et les abus, l'impasse politique persistante et les graves conséquences humanitaires qui en découlent. Ils ont condamné tous les actes de violence, quiconque commet cela, et la persistance de l'impunité, ainsi que des déclarations incendiaires faites par les dirigeants politiques burundais. Ils ont fermement condamné les attaques menées contre des casernes militaires à Bujumbura et dans Bujumbura rural, ainsi que les allégations d'exécutions sommaires perpétrées à la suite de ces attaques, et ont souligné l'importance de tenir les responsables de ces actes responsables.

Ils ont rappelé l'adoption, le 17 Décembre, de la résolution du Conseil de droits de l'homme condamnant les violations et atteintes aux droits humains au Burundi par tous les acteurs et de décider d'organiser et de dépêcher une mission d'experts au Burundi pour enquêter rapidement sur les violations et atteintes aux droits humains.

Les membres du Conseil se sont félicités de la réunion du Conseil de Paix et Sécurité de l'Union africaine (CFP) du 17 Décembre où le communiqué sur la situation au Burundi (PSC / PR / COMM. (DLXV)) a été adopté.

Ils ont appelé à l'accélération urgente des efforts de médiation menés par le Président Yoweri Museveni de l'Ouganda au nom de la Communauté est-africaine (EAC) et approuvée par l'Union africaine (UA) et a exhorté toutes les parties du Burundi à coopérer pleinement avec le médiateur, et étant donné l'urgence de la situation, les efforts de médiation devrait pas redémarrer immédiatement options alternatives pourraient être envisagées par l'UA et l'ONU. Les membres du Conseil de sécurité ont rappelé leur conviction que seul un dialogue véritable et inclusive, fondée sur le respect de la Constitution et Accord d'Arusha, serait mieux permettre aux parties prenantes burundaises pour trouver une solution consensuelle à la crise que connaît leur pays. Ils ont souligné l'importance de la décision prise par le CPS de l'UA à tenir un tel dialogue extérieur du Burundi, dans un lieu qui sera déterminé par la médiation, et dans les conditions requises de sécurité, a souligné la nécessité de faciliter la participation et la représentation effective de tous les acteurs burundais et leurs points de vue sur les questions sur lesquelles ils sont en désaccord.

Les membres du Conseil de sécurité ont pris note avec intérêt de la décision par le CPS de l'UA d'autoriser le déploiement d'une mission de prévention et de protection africaine au Burundi (MAPROBU) pour régler la situation au Burundi et a exhorté toutes les parties prenantes burundaises à coopérer pleinement avec la mission à l'appui de la mise en œuvre efficace de son mandat. Les membres du Conseil de sécurité ont souligné l'importance pour les États membres d'Afrique à engager des troupes et de la police et ont souligné l'importance pour l'UA de prendre les mesures nécessaires pour le développement urgent de la notion de fonctionnement de MAPROBU et d'autres documents de niveau de planification. Ils ont également souligné l'importance du dialogue et de la coordination entre l'UA et l'ONU.

Comme demandé par la résolution 2248 (2015) du Conseil de sécurité, ils ont rappelé l'importance primordiale de la planification d'urgence des Nations Unies pour élaborer des options pour la communauté internationale à répondre à toute nouvelle détérioration de la situation et souligné l'importance de déployer de toute urgence l'équipe des Nations Unies au Burundi sous la direction du Conseiller spécial pour la prévention des conflits, notamment au Burundi, M. Jamal Benomar, de coordonner et de travailler avec le gouvernement du Burundi, l'Union africaine et d'autres partenaires pour évaluer la situation et élaborer des options pour répondre aux préoccupations politiques et de sécurité.

###

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article