Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CESAR 26/08/2015 14:03

Rwasa connaît nécessairement l'existence des escadrons de la mort qui sement la terreur dans son pays et auteurs des crimes contre les membres des partis d'opposition dont le sien afin que celle-ci impute leurs funestes forfaits gouvernement de Nkurunziza.C'est le même mode opératoire que celui mis en oeuvre au Rwanda entre janvier 1991et avril 1994 par Kagame. Leur commandant en chef n'est autre que celui-ci. C'est lui qui les arme et forme certains ici au Rwanda au vu et au su des millions de Rwandais. Nkurunziza le sait déjà. Et pour preuve, une fois n'est pas coutume, Kagame vient de reconnaître via sa Nyiragasuku Mushikiwabo que les Rwandais qui ont été pris la main dans la sac au Burundi sont effectivement des Rwandais qui étaient au service du gouvernement rwandais. A défaut, Nyiragasuku n'aurait pas contesté officiellement au nom du Rwanda auprès de l'Etat Burundais. Rwasa n'a toujours pas compris que pour Kagame, la vie humaine n'a aucune valeur.Tuer les êtres humains, ses semblables est devenu chez lui un sport qui le passionne. Après l'échec de l'assassinat de Nkurunziza et ses collaboraterus qu'il avait pourtant préparé, il souffre d'insomnie. Car il supporte difficilement l'échec. D'où la formation soutenue et l'envoi au Burundi des escadrons de la mort. Kagame ne plaisante pas.Son point fort est qu'il fait toujours ce qu'il dit. C'est-à-dire aussi longtemps qu'il sera président du Rwanda, il aura la tête Nkurunziza et ses collaborateurs. C'est donc une question de temps. Habyalimana a pris Kagame avec légereté. Les conséquences d'une particulière gravité sont tombées.

Comment arrêter Kagame?

Nkurunziza a agi habilement pour régler le problème posé dans son pays même si celui des escadrons de la mort n'est pas résolu.Au nom du Burundi, Etat membre de l'ONU, il peut demander la création d'une commission internationale d'enquête pour débusquer les assassins du Président Ntaryamira Cyprien. Les Burundais qui sont mieux outillés que les Rwandais pourront nous éclairer sur la question suivant: Alors qu'assassiner un chef d'Etat est constitutif d'un crime contre l'Etat et partant il est d'une particulière gravité, pourquoi Nkurunziza a-t-il ordonné sans vergogne l'enterrement du dossier d'un président burundais par Kagame qui veut aujourd'hui sa tête? A supposer que le Burundi saisissele Conseil de Sécurité de l'ONU, la question posée ici est de savoir si les USA et Royaume Uni, Etats sponsors de Kagame sortiront leur droit de veto. Je ne le pense pas car cela reviendrait, de la part d'Obama et de Cameron, à reconnaître à Kagame le droit de tuer et de se livrer au terrorisme en toute impunité. Sachant que les masques de celui-ci sont dèjà tombés. Il est impensable que les mêmes Etats qui menent la guerre contre les terroristes puissent soutiennent exceptionnellement un tryran dont la nocivité contre les Rwandais, les Burundais et les Congolais est de notoriété publique.S'il est dit que Kagame n'a peur de rien même la mort, deux choses lui font ventralement peur à savoir compétitir politiquement avec ses opposants politiques et affronter la justice internationale ou celle des Etats dits démocratiques. Nkurunziza osera le faire ou n'osera pas? A VOIR