Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

FILE - Stephen Rapp, U.S. Ambassador-at-large for War Crimes Issues

 

FILE - Stephen Rapp, U.S. Ambassador-at-large for War Crimes Issues

L’ambassadeur itinérant des États-Unis en charge de la justice internationale a déclaré mercredi 8/7/2015 que ceux qui sont derrière la violence en cours au Burundi pourraient faire face à des poursuites judiciaires.

Dans une interview avec le service Afrique centrale de la Voix de l’Amérique, Stephen Rapp a déclaré que des manifestants pacifiques continuent d'être victimes de tirs dans les rues de la capitale, Bujumbura. Il a dit que les États-Unis sont particulièrement préoccupés par les violences commises par la milice de la jeunesse du parti au pouvoir CNDD-FDD, Imbonerakure.

«…. ceux qui commettent des actes de violence [] - en particulier, ceux qui les incitent, les ordonnent, arment et déploient les forces qui commettent ces crimes - seront tenus de rendre compte," Rapp dit.

Les manifestatons ont été déclenchées au Burundi par la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat aux élections prévues le 15 Juillet 2015. Les critiques disent que le président viole les limites de durée fixées dans la Constitution et les Accords d'Arusha qui ont mis fin à la guerre civile dans le Pays.

Rapp a averti que ceux qui sont impliqués dans la violence et les tueries au Burundi pourraient très probablement se retrouver à la Cour pénale internationale (*).

«Le Burundi est un État partie de la CPI, et de ce fait, les individus, y compris les dirigeants pourraient être tenus responsables de ces crimes», a-t-il dit.

Rapp, qui a servi comme procureur du tribunal spécial pour la Sierra Leone et substitut du Procureur au Tribunal pénal international pour le Rwanda, a également exhorté les acteurs politiques burundais à éviter de jouer la «carte ethnique."

Le Burundi, comme le Rwanda voisin, a connu de profondes tensions entre Hutus et Tutsis dans le passé.

«Une des choses qui nous préoccupe le plus est que la resurgence des questions ethniques", a déclaré Rapp, ajoutant que l'une des choses qui a été accompli à Arusha était la fin des divisions ethniques.

"L'opposition à l'actuel gouvernement n’est pas d’origine ethnique, mais politique," at-il dit. "Retourner au passé est un effort pour jouer une carte ethnique. Ce serait une erreur, dangereux, et cela constituerait un crime d'incitation à commettre le génocide, qui est passible de poursuites devant la CPI et dans les lois de chaque Etat ".

L’ambassadeur itinérant des États- Unis en charge de la justice internationale a déclaré mercredi que ceux qui sont derrière la violence en cours au Burundi pourraient faire face à des poursuites judiciaires.

Dans une interview avec le service Afrique centrale de la Voix de l’Amérique, Stephen Rapp a déclaré que des manifestants pacifiques continuent d'être victimes de tirs dans les rues de la capitale, Bujumbura. Il a dit que les États-Unis sont particulièrement préoccupés par les violences commises par la milice de la jeunesse du parti au pouvoir CNDD-FDD, Imbonerakure.

«…. ceux qui commettent des actes de violence [] - en particulier, ceux qui les incitent, les ordonnent, arment et déploient les forces qui commettent ces crimes - seront tenus de rendre compte," Rapp dit.

Les protestations ont été déclenchées au Burundi par la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat aux élections fixées au 15 Juillet 2015. Les critiques disent que le président viole les limites de durée fixées dans la constitution et les accords d'Arusha qui a mis fin à la guerre civile dans le pays.

Rapp a averti que ceux qui sont impliqués dans la violence et les tueries au Burundi pourraient très probablement se retrouver à la Cour pénale internationale.

«Le Burundi est un État partie de la CPI, et cela beaucoup pourrait être une situation dans laquelle les individus, même les dirigeants pourraient être tenus responsables de ces crimes», a-t-il dit.

Rapp, qui a servi comme procureur du tribunal spécial pour la Sierra Leone et substitut du Procureur au Tribunal pénal international pour le Rwanda, a également exhorté les acteurs politiques burundais à éviter de jouer la «carte ethnique."

Le Burundi, comme le Rwanda voisin, a connu de profondes tensions entre Hutus et Tutsis dans le passé.

«Une des choses qui nous préoccupe le plus est que la resurgence des questions ethniques", a déclaré Rapp, ajoutant que l'une des choses qui a été accompli à Arusha était la fin des divisions ethniques.

"L'opposition à l'actuel gouvernement n’est pas d’origine ethnique, mais politique," at-il dit. "Retourner au passé est un effort pour jouer une carte ethnique. Ce serait une erreur, dangereux, et cela constituerait un crime d'incitation à commettre le génocide, qui est passible de poursuites devant la CPI et dans les lois de chaque Etat ".

=============================================================

Commentaires de la rédaction de TFR

Les Etats-Unis n'ont jamais ratifié le Statut de Rome de la Charte de la Cour Pénale Internationale (CPI), mais ils sont prompts à en réclamer l'application lorsque leurs intérêts sont en jeu, notamment pour faire plier des gouvernements considérés comme hostiles aux intérêts de Washington ou de ses alliés. Pour plus de renseignements sur la ratification de la CPI, consulter la Fiche des ratifications par région.

Dès la création de la CPI, Washington s'est livré à un sabordage méthodique de la justice internationale, en incitant ses alliés à ne pas y adhérer, afin de se prémunir contre toutes poursuites éventuelles pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité ou actes de génocide.

C'est le cas du régime actuel de Kigali qui, malgré plusieurs rapports des Nations Unies l'accusant d'innombrables crimes de guerre, de crimes contre l'humanité et d'actes de génocide ayant causé plusieurs millions de morts au Rwanda et en République Démocratique du Congo (RDC), a pu, jusqu'à date, passer à travers les mailles du filet de la justice internationale, échappant ainsi à toutes poursuites. 

La justice internationale serait-elle une justice politique à deux vitesses dont les juges ne seraient que des faire-valoir ?

Ce n'est pas Moscou qui nous contredira. Mercredi 8 juillet 2015 en effet, l'Ambassadeur de Russie au Conseil de Sécurité a posé son veto à une résolution reconnaissant le génocide de Serbrenica, foulant ainsi aux pieds les centaines de pages de l'arrêt de la CPI sur ce crime abominable avéré. Selon le journal Le Mondela Russie, arguant d’un projet « non constructif, conflictuel et politiquement orienté », a mis son veto au projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies qualifiant le massacre de Serbrenica de « génocide »Belgrade s’est félicité de ce veto, saluant « un grand jour pour la Serbie car la Russie a empêché qu’elle soit stigmatisée, de même que tout son peuple, dans une tentative de les qualifier de génocidaires », a déclaré Tomislac Nicolic, président de la République serbe.

Face à une telle situation où les gouvernements peuvent, en levant la main, rayer d'un trait de plume un arrêt de la Cour Pénale Internationale, à quoi peuvent encore servir les juges de cette honorable juridiction internationale politisée à outrance ? Comment s'assurer que toutes les victimes des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité et des génocides puissent bénéficier de la même protection internationale au delà de toutes alliances politiques et diplomatiques ?

Sans tomber dans les travers de l'attitude victimaire honteuse et de mauvaise foi de l'Union Africaine voulant que le continent noir soit devenue la cible privilégiée de la Justice internationale, on peut légitimement s'interroger sur le mélange des genres et les manipulations politico-diplomatiques auxquels recourrent les grandes puissances pour instrumentaliser la CPI et instaurer une justice internationale à deux vitesses, traquant certains criminels tout en garantissant l'impunité aux grands de ce monde et à leurs alliés. La mise sous embargo, à la demande expresse de Washington et de Kigali, du rapport Mapping sur les crimes commis en RDC contre les réfugiés hutu rwandais et les populations congolaises par les troupes du général Paul Kagame sont la preuve vivante de cette tendance à pratique une justice apartheid, aux dépens des intérêts des victimes.

La Rédaction de TFR

 

Témoignage de Reed Brody, ancien directeur adjoint de l'Équipe d'enquête du Secrétaire général en République Démocratique du Congo, témoigne. : "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article