Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
TFR-INFO

TFR-INFO

La Tribune Franco-Rwandaise

The United Kingdom Government was right in arresting General Karenzi Karake (Dr Theogene Rudasingwa-RNC)

Théogène Rudasingwa

STATEMENT BY THE RWANDA NATIONAL CONGRESS (RNC)

THE UNITED KINGDOM GOVERNMENT WAS RIGHT IN ARRESTING GENERAL KARENZI KARAKE

Rwanda is a small country full of big drama. One such drama played out on 20th June, 2015, at London Heathrow Airport. General Karenzi Karake, who heads Rwanda’s notorious National Security and Intelligence Service, was arrested by the London Metropolitan Police on a European Arrest Warrant, in connection with a 2008 Spanish indictment for the deaths of Spanish and other European citizens.

The second and most dramatic event was President Paul Kagame’s address to the Rwandan Parliament on 25th June, 2015. Responding to General Karenzi Karake’s arrest, President Kagame could hardly conceal his anger and total despair before a somber audience, as he fired a mixture of a victim’s lamentations, vitriolic denunciations against the British and the West, pan-Africanist rhetoric, and the now much familiar insults and threats to Rwandans and all who speak out against injustice in Rwanda. He once again castigated the 2014 BBC documentary, Rwanda’s Untold Story, and the recent U.S. Congressional Hearing on Rwanda’s human rights abuses, as evidence of the West “hobnobbing with thugs and criminals” in a conspiratorial move to turn heroes (himself and his associates) into killers.

At one point in his fifty minute speech, President Kagame asks two questions whose answers he knows but could not provide for obvious reasons: “Since when did we become killers?” and, “First it was France, then Spain and now the United Kingdom. Who is next?”

President Paul Kagame is a man burdened with a lot of dirty secrets.

He is a leading factor, and knows much about, human rights abuses committed by some in the army he has commanded since 1990, including those documented by the Robert Gersony Report, the shooting down of President Habyarimana’s plane, the assassination of the Rwandan Bishops, the Kibeho massacres, those documented by the U.N. Mapping Report in the Democratic Republic, countless assassinations and disappearances, and indeed his own role in the triggering of the 1994 genocide.

Since coming to power, he has subverted and frustrated any attempt to give a more accurate narrative of Rwanda’s tragic story that would otherwise show that all Rwandan communities- Hutu, Tutsi and Twa- have suffered immensely in mutual destruction, led by cliques at the top. The post 1994 RPF-dominated national and international justice systems have investigated and punished crimes against Tutsi, while deliberately ignoring the crimes committed against the Hutu. The near pathologic obsession against BBC’s Rwanda’s Untold Story, the indefinite closure of BBC Kinyarwanda Service, the vitriolic attacks on the British due to the arrest of General Karenzi Karake, and the insults against Rwandans who urge the search for change based on an accurate narrative, is part of President Kagame’s end-game strategies. He is firing the remaining arrows in his quiver.

Part of President Kagame’s frustration is due to the fact that the United Kingdom and the United States, which out of guilt and strategic considerations have shielded him from accountability in the past, are finally taking steps to speak out and act in the interest of all Rwandans.

On 25th June, the United States State Department published its Annual Report on Human Rights, Rwanda (2014) that accurately represented the harsh crisis of governance and human rights in Rwanda:

"The most important human rights problems in the country were disappearances, government harassment, arrest, and abuse of political opponents, human rights advocates, and individuals perceived to pose a threat to government control and social order; disregard for the rule of law among security forces and the judiciary; and restrictions on civil liberties. Due to restrictions on the registration and operation of opposition parties and nontransparent vote-counting practices, citizens did not have the ability to change their government through free and fair elections…. Other major human rights problems included arbitrary or unlawful killings, torture, harsh conditions in prisons and detention centers, arbitrary arrest, prolonged pretrial detention, and government infringement on citizens’ privacy rights. The government restricted freedoms of speech, press, assembly, and association."

Earlier, in a response to the now-advanced attempts to manipulate Rwanda’s Constitution by the ruling RPF so as to allow President Kagame to rule without term limits after 2017, the US State Department had this to say:

"The United States believes that democracy is best advanced through the development of strong institutions, not strongmen. For that reason, as Secretary of State Kerry has said, we do not support changing constitutions to benefit the personal or political interests of individuals or parties. Changing constitutions and eliminating term limits to favor incumbents is inconsistent with democratic principles and reduces confidence in democratic institutions. The U.S. is committed to support a peaceful, democratic transition in 2017 to a new leader elected by the Rwandan people."

President Kagame’s harsh critique of the United Kingdom, the US and the West by citing slavery, colonization, killing of millions, and “practicing shooting targets on Africans” was an attempt to change the subject, to mobilize Rwandan and Africans against the UK and US new efforts and public calls for accountability, and intimidate his former allies into silence and inaction. And he needs to remain in power to shield himself from accountability through Presidential immunity.

As for his pan-African credentials, the facts bear a different story.

Since coming to power in 1994, President Kagame and his regime have been a source of aggression and instability in the Great Lakes region. In the Democratic Republic of Congo, his endless interventions have left close to six million dead by some estimates. He has fought Ugandan, Zimbabwean, Angolan, and Namibian troops. He has made enemies with Tanzania and South Africa because these African countries urged him to adopt politics of inclusion through peaceful and negotiated means, and to abandon his acts of terror in foreign lands. Currently, he is engaged in a deadly destabilization campaign against neighboring Burundi.

The Rwanda National Congress (RNC) welcomes and fully endorses the arrest of General Karenzi Karake by the UK authorities in the search for justice.

The Rwanda National Congress (RNC) welcomes and fully endorses the efforts of the USA and the UK in taking visible and public steps to encourage better governance, full accountability for human rights abuses, and justice for all Rwandans.

The Rwanda National Congress (RNC) is dedicated to peaceful and democratic change to avert and reverse the perils of genocide and cyclical civil wars in Rwanda. Freedom and justice are our over-arching foundational goals as the premise on which everything else must be built. Without them, nothing is worthwhile. With them, Rwandans can live to their dignified full potential, in prosperity and peace.

To establish and entrench a sustainable rule of law, democracy, prosperity and peace, we need as a matter of urgency, in a post-Kagame era in 2017, and beyond: 1) security sector reforms to make security institutions inclusive and accountable so as to defend all citizens; 2) unconditionally open and free participatory space for political parties, civil society, the press and intellectual activity; and 3) prepare for and conduct an unrestricted truth and reconciliation process that will lead to restorative justice for all Rwandans, towards genuine reconciliation and healing from repeated cycles of trauma.

Thank you for a courageous act, London Metropolitan Police!

Dr. Theogene Rudasingwa*
Coordinator
Rwanda National Congress (RNC)
Washington, D.C.
USA
E-mail:
ngombwa@gmail.com

3rd July, 2015

*Dr. Theogene Rudasingwa formerly held positions of RPF Secretary General (1993-1996), Ambassador of Rwanda to the United States (1996-1999), and Chief of Staff for President Paul Kagame (2000-2004). He has testified before French Judges Marc Trevidic and Nathalie Poux in the investigation of the shooting down of the President Habyarimana plane in 1994, as well as before the Spanish Judge Fernando Andreu Merelles in the case in which General Karenzi Karake and others are indicted. He has authored Healing A Nation and Urgent Call.

Le texte qui suit est une traduction littérale non professionnelle, faite à l'aide de l'application "Google Traduction". TRF le publie en l'état pour permettre à nos lecteurs francophones de se faire une idée de l'importante déclaration du parti RNC sur l'arrestation du général Karenzi Karake par la police britannique. Nous nous excusons pour les nombreuses fautes de traduction ou de syntaxe que ce texte recèle.

DÉCLARATION DU RNC
LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI AVAIT RAISONEN ARRETANT LE GENERAL KARENZI KARAKE

Le Rwanda est un petit pays plein de gros drame. Une telle pièce de théâtre jouée le 20 Juin 2015 à l'aéroport d'Heathrow. Général Karenzi Karake, qui dirige notoire Service de sécurité nationale et du renseignement du Rwanda, a été arrêté par la police métropolitaine de Londres sur un mandat d'arrêt européen, en relation avec un acte d'accusation espagnol de la mort de citoyens européens espagnols et d'autres de 2008.
La seconde et la plus spectaculaire événement a été le discours du président Paul Kagame au Parlement rwandais le 25 Juin, 2015. En réponse à l'arrestation du général Karenzi Karake, le Président Kagame pouvait difficilement cacher sa colère et de désespoir total avant une audience sombre, comme il a tiré un mélange d'un Les lamentations de la victime, les dénonciations au vitriol contre les Britanniques et l'Occident, la rhétorique panafricaniste, et les insultes maintenant beaucoup familiers et les menaces à Rwandais et tous ceux qui parlent contre l'injustice au Rwanda. Il a de nouveau fustigé 2014 documentaire de la BBC, The Untold Story du Rwanda, et de la récente audition du Congrès américain sur les violations des droits de l'homme du Rwanda, comme preuve de l'Ouest "frayer avec des voyous et des criminels" dans un mouvement de conspiration pour tourner héros (lui-même et ses associés) en tueurs.
À un moment donné dans son discours de cinquante minutes, le Président Kagame pose deux questions dont les réponses qu'il sait, mais ne pouvait pas fournir pour des raisons évidentes: «Depuis quand avons-nous devenir des tueurs» et «Ce fut d'abord la France, puis l'Espagne et maintenant le Royaume-Uni . Qui est le prochain? "
Le président Paul Kagame est un homme chargé avec beaucoup de secrets sales. Il est un facteur de premier plan, et sait beaucoup sur, les violations des droits de l'homme commises par certains dans l'armée, il a commandé depuis 1990, y compris celles documentées par le Gersony Rapport Robert, l'attentat contre l'avion du président Habyarimana, l'assassinat des évêques rwandais, les massacres de Kibeho, ces documenté par le Rapport Mapping de l'ONU en République démocratique, d'innombrables assassinats et de disparitions, et en effet son propre rôle dans le déclenchement du génocide de 1994.
Depuis son arrivée au pouvoir, il a subverti et frustré toute tentative de donner un récit plus précis de l'histoire tragique du Rwanda qui, autrement, montrer que tout rwandais Communities- Hutu, Tutsi et Twa- ont énormément souffert de la destruction mutuelle, dirigé par des cliques au sommet . Les 1 994 systèmes nationaux et internationaux de justice dominé par le FPR soumettre ont étudié et crimes punis contre les Tutsi, tout en ignorant délibérément les crimes commis contre les Hutu. La quasi obsession pathologique contre du Rwanda Untold Story BBC, la fermeture indéfinie de BBC World Service kinyarwanda, les attaques au vitriol sur la Colombie en raison de l'arrestation du général Karenzi Karake, et les insultes contre les Rwandais qui exhorte la recherche d'un changement basé sur un récit précis, fait partie des stratégies de fin de jeu du président Kagame. Il tire des flèches restantes dans son carquois.
Une partie de la frustration du président Kagame est dû au fait que le Royaume-Uni et aux États-Unis, qui de la culpabilité et de considérations stratégiques lui ont à l'abri de la reddition de comptes dans le passé, prennent enfin des mesures pour parler et agir dans l'intérêt de tous les Rwandais . Le 25 Juin, le Département d'État des États-Unis a publié son rapport annuel sur les droits de l'homme, le Rwanda (2014) qui représentait précisément la crise sévère de la gouvernance et les droits de l'homme au Rwanda:
"Les plus importants problèmes de droits humains dans le pays étaient disparitions, harcèlement du gouvernement, l'arrestation et l'abus des opposants politiques, des défenseurs des droits de l'homme, et les individus perçus comme une menace pour le contrôle du gouvernement et l'ordre social; mépris de la primauté du droit entre la sécurité forces et le pouvoir judiciaire;. et restrictions des libertés civiles raison de restrictions sur l'enregistrement et le fonctionnement des partis d'opposition et les pratiques de dépouillement non transparentes, les citoyens ne disposent pas de la capacité de changer leur gouvernement par des élections libres et équitables ... Autres grands droits de l'homme. problèmes comprenaient des exécutions arbitraires ou illégales, la torture, des conditions difficiles dans les prisons et centres de détention, les arrestations arbitraires, la détention préventive prolongée, et de la violation du gouvernement sur les droits de la vie privée des citoyens. Le gouvernement a restreint les libertés d'expression, de presse, de réunion et d'association ".
Plus tôt, dans une réponse à des tentatives maintenant avancées pour manipuler Constitution du Rwanda par le FPR au pouvoir de manière à permettre au Président Kagame de se prononcer sans limitation de durée, après 2017, le Département d'Etat américain avait ceci à dire:
"Les Etats-Unis estiment que la démocratie est le meilleur avancé à travers le développement d'institutions fortes, pas hommes forts. Pour cette raison, en tant que Secrétaire d'Etat Kerry a dit, nous ne soutenons pas changer les constitutions au profit des intérêts personnels ou politiques des individus ou des partis. Modification de constitutions et d'éliminer les limites de durée de favoriser les opérateurs historiques est incompatible avec les principes démocratiques et réduit la confiance dans les institutions démocratiques. Les États-Unis est engagée à soutenir une transition démocratique pacifique en 2017 à un nouveau chef élu par le peuple rwandais. "
Sévère critique du président Kagame du Royaume-Uni, les Etats-Unis et l'Occident en citant l'esclavage, la colonisation, tuant des millions, et "pratiquer cibles de tir sur les Africains" était une tentative pour changer de sujet, à mobiliser les Africains rwandais et contre le Royaume-Uni et des États-Unis de nouveaux efforts et des appels publics à la reddition de comptes, et d'intimider ses anciens alliés dans le silence et l'inaction. Et il a besoin pour rester au pouvoir pour se protéger de la responsabilisation par l'immunité présidentielle.
Quant à ses pouvoirs panafricaines, les faits portent une histoire différente. Depuis son arrivée au pouvoir en 1994, le Président Kagame et son régime ont été une source d'agression et de l'instabilité dans la région des Grands Lacs. En République démocratique du Congo, ses interventions interminables ont laissé près de six millions de morts selon certaines estimations. Il a combattu l'Ouganda, du Zimbabwe, en Angola, et les troupes namibiennes. Il a fait des ennemis avec la Tanzanie et l'Afrique du Sud parce que ces pays africains lui ont exhorté à adopter une politique d'inclusion par des moyens pacifiques et négociées, et à abandonner ses actes de terreur dans les pays étrangers. Actuellement, il est engagé dans une campagne de déstabilisation meurtrière contre le Burundi voisin.
Le Congrès national Rwanda (RNC) accueille et entièrement souscrit à l'arrestation du général Karenzi Karake par les autorités britanniques dans la recherche de la justice.
Le Congrès national Rwanda (RNC) approuve et soutient pleinement les efforts des Etats-Unis et le Royaume-Uni à prendre des mesures visibles et publics pour encourager une meilleure gouvernance, la pleine responsabilité pour les violations des droits de l'homme, et la justice pour tous les Rwandais.
Le Congrès national Rwanda (RNC) est dédié à un changement pacifique et démocratique pour éviter et inverser les périls de génocide et de guerres civiles cycliques au Rwanda. La liberté et la justice sont nos objectifs fondamentaux cambré que la prémisse sur laquelle tout le reste doit être construit. Sans eux, rien ne vaut la peine. Avec eux, les Rwandais peuvent vivre à leur plein potentiel dans la dignité, dans la prospérité et la paix.
Pour établir et consolider une règle durable de droit, la démocratie, la prospérité et la paix, nous devons comme une question d'urgence, dans une ère post-Kagame en 2017, et au-delà: 1) les réformes du secteur de la sécurité pour rendre les institutions de sécurité inclusive et responsable afin de pour défendre tous les citoyens; 2) l'espace participatif inconditionnellement libre et ouvert pour les partis politiques, la société civile, la presse et de l'activité intellectuelle; et 3) préparer et mener un processus de vérité et de réconciliation sans restriction qui mènera à la justice réparatrice pour tous les Rwandais, vers la réconciliation et la guérison véritable de cycles répétés de traumatisme.
Merci à la police métropolitaine de Londres, pour cet acte de courage !

Dr. Théogène Rudasingwa *
Coordinateur
Rwanda National Congress (RNC de)
Washington DC.
USA
E-mail: ngombwa@gmail.com

Juillet 3rd, 2015

* Dr. Théogène Rudasingwa a occupé des postes de secrétaire général du FPR (1993-1996), ambassadeur du Rwanda aux États-Unis (1996-1999), et chef d'état-major pour le président Paul Kagame (2000-2004). Il a témoigné devant les juges français Marc Trévidic et Natalie Poux dans l'enquête sur l'attentat contre l'avion du Président Habyarimana en 1994, ainsi que devant le juge espagnol Fernando Andreu Merelles dans le cas où le général Karenzi Karake et d'autres sont mis en accusation. Il est l'auteur de guérison Une Nation et Appel urgent.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article