Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Commentaire de TFR

En mai 2010, un autre avocat célèbre avait été arrêté et détenu sur ordre du président Kagame, pour des propos tenus devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda. Maître Peter Erlinder de nationalité américaine avait été arrêté alors qu'il se trouvait au Rwanda pour défendre Mme Victoire Ingabire Umuhoza, présidente du parti FDU. Quelques articles sur l'affaire Erlinder :

Rwanda : l’avocat américain Peter  

 

Le TPIR demande la libération de l'avocat américain Peter Erlinder

*******

L'opposition sans avocat pour bloquer une réforme de la Constitution

Par 

mediaLe parti au pouvoir souhaite modifier la Constitution afin de permettre au président rwandais Paul Kagame de biruger un troisième mandat.REUTERS/Tiksa Negeri

Au Rwanda, le Parti démocratique vert, une petite formation d'opposition, tente d'empêcher en justice une éventuelle réforme de la Constitution ouvrant la voie à un 3e mandat pour Paul Kagame. Et elle dénonce ses difficultés à trouver un avocat acceptant de le représenter dans cette affaire. Cette action en justice à la Cour suprême intervient alors que, dans ce pays sans véritable opposition et souvent critiqué en matière de liberté d'expression, quelque 3,7 millions de Rwandais ont demandé par voie de pétition au Parlement une telle réforme.

Coup sur coup, ce sont six avocats qui ont refusé de se saisir du dossier, affirme le Parti démocratique vert. Mercredi 8 juillet, alors que la formation d'opposition devait plaider pour la première fois sa cause à la Cour suprême, leur avocat leur a fait faux bond.

Jean-Claude Ntezimana, est le secrétaire exécutif du parti. « On l'a appelé par téléphone et il a dit qu'il n'allait pas venir, qu'il avait peur de défendre le parti d'opposition. Même avant, on avait rencontré cinq avocats. Ils ont accepté d'étudier notre plainte mais après ils ont dit qu'ils ne pouvaient pas défendre notre parti. »

Pour le Parti démocratique vert, l'article 101, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels est « intangible ». Et il compte bien le prouver en justice.

Si Jean-Claude Ntezimana, dit ne pas avoir de preuves de menaces ou de pressions à l'encontre de ces avocats, il assure que ces derniers craignent d'attaquer une réforme portée par le parti au pouvoir. « Certains ont dit qu'ils ont peur de s'opposer à l'Etat, disant que [cette réforme] est la volonté du gouvernement. D'autres disent qu'ils ne veulent pas s'opposer à des millions de Rwandais et il y en a un autre qui a dit qu'il ne veut pas salir son nom ».

 

Le Parti démocratique vert avait demandé à la Cour suprême six mois pour retrouver un avocat. Un délai jugé trop long par la haute juridiction qui a repoussé l'audience au 29 juillet prochain.

Autre article sur le harcèlement des avocats au Rwanda Rwanda : l’avocat américain Peter Erlinder arrêté à Kigali

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 10/07/2015 20:48

Il n'y a rien de surprenant. Kagame a obtenu un passeport de tuer en toute impunité. Ces avocats savent que Kagame ne plaisante pas. Ils ont des familles à prendre en charge. Le monde entier sait très bien que pour officier ici au Rwanda, un avocat doit être soit avec le régime soit contre celui-ci. S'il est contre les méfaits du régime c'est-à-dire s'il defend un Rwandais dont les droits fondamentaux ont en flagrance été bafoués par le gouvernement ou le parti-Etat, FPR, contre le celui-ci, la sanction est connue: la mort par balles ou empoisonnement ou disparition pure et simple. De juillet 1994 à ce jour, il y a combien de disparus ici au Rwanda? Des milliers.Seul Kagama connaît le nombre.

Pourquoi ces avocats ont une peur ventrale?

Le Parti démocratique vert a saisi la justice pour violation de la constitution par l'auteur des fameuses pétitions. L'auteur direct de celles-ci est en réalité Kagame. Cette action judiciaire est dès lors diligentée contre Kagame et son régime.Or, il est de notoriété publique que, sous peine de s'exposer aux sanctions extrêmes, aucun Rwandais, fut-il un avocat, ne peut se hasarder à aller devant un tribunal et soutenir que Kagame est un hors-la-loi.S'il ose, il doit subir le châtiment exemplaire. Kagame est à la fois loi et justice. Les juges sont ses obligés comme en témoigne l'Affaire Ingabire Umuhoza qui a été condamnée sur décision directe de Kagame. Kagame l'a publiquement condamnée avant même la décision des soi disant juges. Il s'ensuit qu'aucun avocat ne peut se harder à aller devant Kagame via ses obligés que sont les juges pour exciper de la violation de la constitution par le commandant suprême. Celui qui ose signe automatiquement sa mort.

Un exemple des exemples connus de Rwandais ici à Kigali.
Le monde entier sait très bien qu'un des points forts des kleptocates de la place est la spoliation flagrante des Hutu de leurs biens en particulier les anciens dirigeants rwandais et/ou haut focntionnaire qui ont quitté le Rwanda ou non affilié au régime Kagame.

Un Hutu et ex-haut fonctionnaire exilé à l'étranger a appris que ses deux maisons ont été saisies et vendues aux enchères par les oligarques, pour payer une prétendue amende pénale de plusieurs millions de francs rwandais pour crimes contre l'humanité qu'il prétendument commis contre les Tutsi fantômes et vols de vaches des Tutsi imaginaires qui habitaient à plus de deux cents kilomètres du domicile de l'intéressé, le tout dans une seule nuit.C'est-à-dire, en pleine guerre qui faisait rage à Kigali, l'intéressé a nuittament quitté Kigali pour aller voler des vaches des Tutsi sans noms à plus de deux cents kilomètre de chez lui mais sans précision sur ce qu'il en a fait ensuite. Lors d'une mise en scène dit procès, le ministère public a présenté des témoins qui ont vu l'accusé voler des vaches des Tutsi fantômes car ils n'ont pas été en mesure de citer les noms de victimes, pourtant leurs voisins selon leurs dires. Les acquéreurs de paille ont revendu les maisons à deux oligarques, les vrais acheteurs, connus ici à Kigali, moyennant les frais de commission. Le spolié s'est alors adressé à un avocat ici à Kigali pour lui demander de défendre ses intérêts. L'avocat a accepté. Mais il fallait qu'il lui donne une procuration authentifiée par l'ambassadeur du Rwanda du pays dans lequel il réside.Ce qui a été fait. Après réception de la procuration, l'avocat a naturellement commencé son travail. Ce qui s'est passé ensuite est identique au cas présent. Le diplômate qui a authentifé la procuration a informé les voleurs. Lorsque ceux-ci ont appris que la victime de la spoliation a commis un avocat, leur réaction fut immédiate. Ils ont sommé l'avocat du spolié via les membre de la police politique à ne rien faire et si il refuse, lui et sa famille en subiront les conséquences. La police politique est une organisation extra-étatique spécialisée dans les assassinats et autres crimes contre les Rwandais de l'intérieur et de l'extérieur surtout ceux qui sont en Afrique où la tête d'une personne coûte moins de deux cents dollars. L'avocat a alors dit à son client qu'il ne peut pas défendre ses intérêts.Il lui a conseillé d'abadonner parce qu'il ne trouvera aucun autre avocat ici au Rwanda, a-t-il dit.L'intéressé ne l'a pas pris au sérieux.Il a cherché un autre avocat. Celui-ci lui donné la même réponse. Il s'est adressé à un troisième, celui-ci lui également ldit a même chose. Il a vainement écrit à Kagame et au Ministre de la Justice. In fine, il a abandonné. Sa soeur qui habitait dans une des maisons avec ses six enfants, après la disparition de son mari ,a été envoyée dans la rue. Bachelière en sciences économiques(UNR), elle a été renvoyée de la fonction publique pour insuffisance professionnelle après plus de vingt ans au service des Rwandais. Son cas n'est pas unique. Les cas des spoliés qui n'ont pas pu trouver les avocats pour faire faloir leurs droits sont nombreux ici au Rwanda.

Le conseil que je peux donner à Jean-Claude Ntezimana, c'est de chercher un avocat américain ou britannique spécialiste en droit constitutionnel, le tout via les ONG de défense des droits de l'homme telle que l'Amnesty internationale, FIDH ou autres organisations de défense des droits de l'homme américaines. Kagame n'aura sûrement pas le courage de le terroriser ou faire du chantage à son endroit.

Un vrai avocat ne cède pas aux chantages des despostes. Il défend son client contre l'injustice, peu importe le danger encouru. La réalité est qu'il n'y pas d'avocats dignes de ce nom ici au Rwanda. Les vrais avocats soit ils ont répondu à leur créteur, soit ils ont pris le chemin d'exil.
Le cas de notre pays est sui generis dans les annales de l'histoire de l'Afrique.
Ce qui est regrettable, c'est le silence de tombeau observé par les prédicateurs des droits de l'homme alorqu'ils ont fait des tapages pendant des semaines relativement au cas du président soudanais il y'a quelques semaines ou celui du président burundais qui, jusqu'à preuve du contraire est le seul démocrate dans notre région.Le seul crime qu'il a commis c'est d'avoir quitté la religion catholique. Pour les dirigeants de l'Eglise catholique burundaise, un président burundais doit être impérativement catholique. A défaut, il doit être ejecté.D'où leur soutien aux hors-la-loi qui voulaient les tête de Nkurunziza et ses collaborateurs. Au Rwanda, Kagame est le chef des toutes les églises. Il est dit et enseigné dans certaines églises protestantes par exemple que Kagame a été choisi par Dieu pour diriger le Rwanda jusqu'à la fin de sa vie. Selon les dignitaires de ces églises voire même les imam, seul Kagame est né pour diriger le Rwanda. Pour eux ses méfaits contre les Rwandais, le Burundi et la RDC sont des actes normaux. Des centaines de jeunes rwandais capturés par l'armée congolaise lors de la mésaventure de Kagame en RDC croupissent dans les prisons en RDC dans des conditions infra-animales.Kagame les a niés quant leur qualité de soldat de son armée. Ils ne sont donc pas protégés par le droit international de la guerre. Ils sont combien ? Seul Kagame connaît leur nombre. Un président qui nie ses soldats et enfants rwandais alors que les preuves sont irréfutables c'est du jamais vu. Il convient de rappeler que certains sont morts en raison de leurs conditions de détention infra-animales. Ils ont été mis dans les fosses communes comme des chiens sans maître.Kagame est dépourvu d'humanité et de compassion humaine élémentaires.