Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA TRIBUNE FRANCO-RWANDAISE (TFR)

Actualités, opinions, études, analyses, diplomatie et géopolitique de la Région des Grands lacs.

Impaka hagati ya Depite Bamporiki na Franck Habineza prezida wa Green Party kw'ihindura-nkinamico ry'Itegeko-nshinga

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CESAR 16/07/2015 21:35

Les obligés de Kagame rivalisent dans les divagations quant à la glorification de Kagame, devenu leur Majesté et protecteur.Pour eux, Kagame est un extra-terrestre qui est tombé sur le Rwanda. Les âneries de ce soi disant député ne sont donc pas suprenantes. La question est de savoir qui aura la palme d'Or version Kagame.

Il me semble qu'au vu de leurs dires, ces gens ne comprennent ce qu'ils disent. Ils parlent comme un analphabète à qui on demande de donner son opinion sur une disposition légale.

Dans tous les pays du monde qui ont des députés, un député digne de ce nom connaît la définition et les effets des lois qu'ils font et/ou votent. Le cas du Rwanda est sui generis.Ceux que l'on appelle des députés, rares sont ceux qui sont en état de donner la definition exacte de la loi et de la constitution.
La parfaite illustration est les galimatias amphigouriques au demeurant de ce Bamporiki Edouard.
La constitution de notre pays est claire.Les articles 101 et 193 sont insusceptibles non seulement de révision mais également d'interprétation.

Seule la constitution prévoit les conditions de fond et de forme quant à sa révision. Même à supposer que par extra-ordinaire les analphabètes et illettrés rwandais aient écrit les pétitions, pour être valides, celles-ci doivent être strictement conformes à la constitution, la loi fondamentale, qui est au premier rang dans la hiérarchie des normes juridiques rwandaises. Un agissement est fondé dès lors qu'il a une base juridique.En l'espèce,il tire sa validité dans la constitution.
Madame la présidente de la chambre des députés a osé dire devant les camerars de télévisions du monde entier que les documents qui ont été notoirement signés par les Rwandaise lettrés et illettrés ou analphabètes sous contrainte sont valides et son agissement est donc fondé. Mais elle n'a pas dit comment il est juridiquement fondé c'est-à-dire quelle disposition constitutionnelle prévoit la révision de la constitution par les pétitions et quelle la base juridique de ces prétendues pétitions.
Les articles 101 et 193 ne peuvent, en tout état de cause, faire l'objet des débats ou de discussions. Kagame est le gardien de la constitution quant à son respect par tous les Rwandais et au premier chef lui-même. Ses obligés qui visiblement ne comprennent pitoyablement pas ce qu'est une constitution et ses effets lui demandent de violer celle-ci ou de commettre le crime de parjure sanctionné par la destitution ou l'impeachment.

Comme des millions de Rwandais, la question que je me pose est de savoir si ces gens sont conscients de la gravité de leur acte: inciter Kagame à commettre le crime de parjure qui, en tout état de cause et quelles que soient les époques, ne pourra sûrement pas rester impuni. Même le Plus Haut ne pourra lui pardonner de ses méfaits. Kagame a prête serment devant des millions de Rwandais les mains sur la constitution: Article 104
 
Sans préjudice des dispositions de l'article 196 de la présente Constitution, avant d'entrer en fonction, le Président de la République prête serment devant le Président de la Cour Suprême en présence des deux Chambres réunies du Parlement en les termes suivants :
 
«Moi, KAGAME PAUL, je jure solennellement à la Nation :
1° de remplir loyalement les fonctions qui me sont confiées ;
2° de garder fidélité à la République du Rwanda ;
3° d'observer et défendre la Constitution et les autres lois ;
4° de préserver la paix et l'intégrité du territoire et de consolider l'Unité Nationale ;
5° de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge sans discrimination aucune;
6° de ne jamais utiliser les pouvoirs qui me sont dévolus à des fins personnelles ;
7° de garantir le respect des libertés et des droits fondamentaux de la personne et de veiller aux intérêts du peuple rwandais.
 
En cas de parjure, que je subissse les rigueurs de la loi.
Que Dieu m'assiste. »

Kagame a demandé au Plus Haut de l'aider pour qu'il n'ait aucune tentantion violer son serment et donc de commettre la parjure. Il a dit li-même qu'en cas de violation de la constitution ou de parjure, que "je subissse les rigueurs de la loi", c'est-à-dire la destitution et la prison à vie.

Cest bien Général Kagame qui a personnellement précisé le châtiment encouru par lui en cas de violation de la constitution. S'il est effectivement Général et Président du Rwanda, il doit sommer les individus qui veulent l'envoyer dans le trou à mettre définitivement fin à leurs agissements pitoybles qui discréditent non seulement les Rwandais mais également lui-même et son régime.