Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
TFR-INFO

TFR-INFO

La Tribune Franco-Rwandaise

LE RWANDA N'A PAS DE LEÇON À DONNER AU BURUNDI EN MATIÈRE DE DÉMOCRATIE

 
Ndlr : L'article est diffusé sans modification
 
Qui est le président le plus sangunaire et tyrannique en Afrique ?C'est Kagame. Quel est le Président le plus démocrate en Afrique des pays des Grands Lacs? C'est Nkurunziza Pierre.

Quel est le pays dans lequel il ya le plus grand nombre de prisonniers politiques, de morts de journalistes, d'exilés politiques et d'assissinats d'opposants politiques à l'étranger en Afrique? C'est le Rwanda.Quel est le pays dans lequel il n'y apas de prisonniers et d'exilés politiques et ainsi que les assassinats d'opposants politiques? C'est le Burundi.Quel est le pays où les associations et les médias sont sont les instruments d'oppression du Peuple et de spoliation des biens de la masse populaire? C'est le Rwanda.Quel est le pays où les médias et les associations sont indépendants du régime comme en témoignent les événements en cours au Burundi? C'est le Burundi.Quel est le pays où le président est à la fois justice et loi? C'est le Rwanda.Quel est le pays où la justice est au service du Peuple? C'est le Burundi. 

Quel est le président qui a à son actif le plus grand nombre de cadavres humains en Afrique? C'est Kagame. 

Le comminiqué du gouvernement Kagame est la preuve de la nature même du régime Kagame. C'est une divagation qui ne mérite aucun commentaire.Le gouvernement Burundais ne peut nullement ne peut dès lors réagir sous peine de se mettre au même niveau que les experts en divagation rwandais. Les ploutocrates et kleptocrates de la place ont enterré la honte, l'honneur et la dignité. Le comuniqué public de Kagame contre le président Burundais est la preuve irréfutable de l'implication directe du Rwanda dans les crimes commis au Burundi. Et pour preuve, les camps des soi disants réfugiés paysans burundais ont été préparés avant que le parti de Nkurunziza ne le désigne candidat pour le représenter à la prochaine élection présidentielle, le tout avec l'appui financier des USA. Le monde entier a entendu le ministre américain Kelly oser dire publiquement que Nkurunziza a violé la constitution burundaise sans préciser les dispostions prétenduement violées et avec un mépris absolu alors que ce même ministre a observé et observe le silence de cathedral relativement à la violation flagrante de notre constitution par Kagame, aux assassianats d'exilés politiques par Kagame, aux prisonniers politiques qui croupissent dans les geôles de Kagame. Le ridicule ne tue pas.

Le fameux vice-président du Conseil Constitutionnel qui a fui son pays est semble-t-il ici à Kigali. Au regard des faits et des ses déclarations absconses au demeurant tenues dans la rue contr le gouvernement de son pays, il a été contacté par son hebergeur actuel. Il a agi dans le sens convenu avec le commandant suprême. Sur l'affaire burundaise, il s'agit d'un problème portant sur l'interprétation des dispositions de la constitution en cause qui sont contradicoires et nullement sur la légalité contrairement aus dires du vice-président qui a sciemment confondu légalité et interprétation. Les opposants soutiennent et chantent sur tous les toits que leur président a violé la constitution.Mais ils ne précisent les dispositions de la constitutions qu'il a méconnues. Ils pensent que le fait de le colporter à grande échelle va coférer une quelconque crédibilité à leurs slogans et partant leur permettra d'atteindre l'objectif visé. Ceux qui tambourinent dans les rues de Bujumbura sont des citadins majoritairement jeunes désoeuvrés.Ils ne représentent pas la masse populaure. Aller crècher devant l'ambassad des USA et pleurnicher devant l'ambassadeur des USA au Burundi est inopérant. Il est regrettable de constater que certains rwandais exilés en Europe se permettent d'émettre des opinions négatives contre le président burundais au lieu d'informer à grande échelle les prédicateurs de la démocratie et du respect de la constitution, au premier chef le ministre américain Klly, de la violation flagrante de la constitution de leur pays par Kagame et de la situation des centaines de prisonniers politiques qui croupissent dans les geôles de Kagame. Le fossoyeur de la démocratie naissante au Rwanda a déjà commencé le travail: préparation du projet de révision de la constitution rwandaise par ses obligés dont certains se disent docteurs en droit, formés dans les universités occidentales. Se documenter, s'informer utilement est la régle de base que tout homme conséquent doit observer avant d'émettre une quelconque opinion sur un événement tel que celui en cours au Burundi.
Par César
Kigali, Rwanda
 
LE RWANDA N'A PAS DE LEÇON À DONNER AU BURUNDI EN MATIÈRE DE DÉMOCRATIE
Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article