Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

La ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, a livré à France 24 son sentiment après le discours de François Hollande au sommet de la Francophonie, samedi à Dakar. Elle regrette le ton paternaliste du chef de l'État français.

Samedi, le président François Hollande a mis en garde "les dirigeants qui voudraient s'accrocher au pouvoir à tout prix", devant les chefs d'État et de gouvernement, majoritairement africains, réunis au XVe sommet de la Francophonie à Dakar.

"La Francophonie est soucieuse des règles en démocratie […] de l'aspiration des peuples, de tous les peuples à des élections libres", a assuré le chef de l'État français, en faisant référence à la "leçon" de la transition tunisienne ou encore à "la belle démonstration" du peuple burkinabè, qui a poussé vers la sortie Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans.

Un discours très applaudi hier, mais qui n’a pas plu à la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo. "Je trouve ça gênant qu’un président qui est avec ses pairs, ici, au sommet de la Francophonie ne vienne pas discuter avec eux, mais dicter ce qui devrait se passer dans leur pays" a-t-elle expliqué au micro de France 24, parlant d’une attitude "très inélégante".

"Qui décide de l’avenir politique des Africains ?" s’est elle interrogée, avant de trancher "ce n’est pas Paris qui décide, c’est évident".

Si elle reconnaît que le président français peut "exprimer son point de vue [et] donner des conseils à ses pairs", elle regrette le ton paternaliste et quasi directif. "Lorsqu’il dit ‘je suis venu à Dakar pour dire aux Africains', je trouve que ce n’est pas normal ! Nous sommes en 2014 !" s'est-elle indignée.

Le Rwanda, premier opposant aux positions françaises en Afrique

Le Rwanda, par la voix de sa ministre, s’oppose régulièrement aux prises de positions de François Hollande. En avril, le boycott des commémorations du génocide Rwandais par la France après les propos du président Paul Kagame, accusant Paris d’avoir joué un "rôle direct dans la préparation du génocide", avait déjà suscité une vive réaction de Louise Mushikiwabo.

"Il est impossible pour nos deux pays d'avancer, si la condition est que le Rwanda doive oublier son histoire pour s'entendre avec la France (...) Nous ne pouvons avancer au détriment de la vérité historique du génocide" avait alors déclaré la chef de la diplomatie rwandaise.

France24

La ministre rwandaise des affaires étrangères critique le discours de François Hollande à Dakar
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 01/12/2014 20:13

Par des déclarations minables de la ministre de l'Etat Rwandais, Nyiragasuku (perroquet) de Kagame a, une fois de plus voulu montrer que le mépris de son maître à l'endroit des dirigeants français et partant de la France est irrémédiablement et intrinséquement invariable. Elle a acquis une haute expertise dans les extravagance.Fort heureusement que le ridicule de ne tue pas.
Elles sont la preuve irréfutable de la nature même du régime Kagame.
Hollande a répété ce qu'il a dit depuis la fuite de l'ex-président du Burkina Faso. Je subodore qu'elle l'a écouté.Se pose alors la question de savoir pourquoi n'a- t-elle-elle réagi immédiatement après les déclaration du président français c'està-dire avant d'aller faire du tourisme au Sénégal sous le dos des pauvres paysans rwandais au demeurant. De plus, il convient de rappeler que lors du treizième sommet de l'OIF tenue à Paris, avant de prendre l'avion vers les USA, Kagame a critiqué négativement la position de la France sous Président Chirac à savoir rejet du projet de résolution présenté par les USA pour intervenir en Irak au mépris absolu du droit international. Il a soutenu Monsieur Bush et était même disposé à envoyer ses soldats pour se battre aux côtés des militaires américains.Il a ensuite déclaré publiquement devant les médias du monde entier présents "je me pose la question sur ce que je suis venu faire ici", le tout en anglais. Et le lendemain de l'enrôlement du Rwanda dans l'anglophonie, Kagame a dit " la langue anglaise est la langue de l'intelligence et des affaires.Quant au français, c'est la langue des idiots". Question: si le français est la langue des idiots et qu'il a unilatéralement décidé que son pays sera anglophone alors que les Rwandais ne le sont pas et ne le seront jamais et que le français est la langue des idiots, pourquoi n'a-t-il pas décidé unilatéralement de sortir son pays dans l'OIF comme il fait relativement à la CEEAC que sont pays vient de réintégrer récemment d'une part et envoyé sa Nyiragasuku au Sénégal pour chanter ses galimatias amphigouriques au surplus d'autre part?
Au regard de tout ce qui précéde, il me semble inutile de commenter longuements les propos extravagants de la ministre rwandaise.

TFR 02/12/2014 15:45

Vous avez raison César. Mushikiwabo n'exprime là que les instructions de son maître, avec la stupidité et l'agressivité qui caractérisent le régime de Kagame. Il appartient aux Rwandais d'y mettre fin, dans l'ordre et l'unité. Et non dans la dispersion des forces.

gerald 01/12/2014 19:04

en quoi ca la concerne ? Le Rwanda n'est plus francophone et elle même ne connait pas (ou si peu) le français