Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

L'APPEL DU MOIS D'AOUT date limite le mer. 15 octobre 2014
Depuis mars 2014, au moins 14 personnes ont été victimes de disparitions forcées au Rwanda, après avoir été arrêtées par des éléments des forces de défense et de sécurité. Leurs proches les recherchent en vain auprès des autorités. Ces dernières leur indiquent simplement que des enquêtes sont en cours. un flou qui renforce l’anxiété des familles de disparus.

logo-agir avec acat_fr.jpgUn régime qui a peur
Lors d'un déplacement dans l'ouest du pays, début juin 2014, le président Paul Kagamé a expliqué aux habitants du district de Nyabihu : « Nous ne pouvons laisser personne compromettre notre sécurité et notre développement. Ceux qui chercheront à déstabiliser le pays continueront à être arrêtés. on pourrait même être amené à les tuer en plein jour ». Le pouvoir en place à Kigali est persuadé que le pays est en proie à une menace sécuritaire imminente venant de République Démocratique du Congo (RDC) : des infiltrations d’éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) - groupe armé rwandais basé en RDC - seraient en cours.

Une vague de répression
Pour le Rwanda, tous les moyens semblent être bons pour pallier cette menace. Ces dernières années, plusieurs personnes accusées de vouloir attenter à la sûreté de l’État ont été assassinées à l’étranger. D’autres ont été kidnappées dans les pays avoisinants, principalement en RDC et en Ouganda, et ramenées au Rwanda pour y être jugées. Depuis mars 2014, au Rwanda, 14 personnes soupçonnées de connivence avec les FDLR ont disparu. Dans au moins huit des cas, des témoins ont vu des agents de l’État être présents au moment des enlèvements. […]
Jusqu’à ce jour, ces 14 personnes demeurent introuvables malgré les multiples démarches de leurs proches, qui ont frappé à toutes les portes de l’administration afin de savoir ce qu’il était advenu des disparus. Selon toute vraisemblance, ces personnes portées disparues seraient détenues au secret dans des camps militaires où elles risquent d’être interrogées sous la contrainte, voire sous la torture, afin de leur extorquer des informations et des aveux de culpabilité.

Une législation qui interdit les enlèvements
Bien que le Rwanda n’ait pas encore ratifié la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, son code pénal interdit « l’enlèvement » et la « détention illégale ». toutefois, l’acte de « disparition forcée » n’étant pas défini comme un crime en droit, les familles de disparus n’ont que peu de recours envisageables pour retrouver leurs parents disparus, à part le bon vouloir des autorités.

==> Pour en savoir plus, consulter la fiche du pays dans le rapport 2014 « Un monde tortionnaire » de l’ACAT-France sur le site :http://unmondetortionnaire.com/Rwanda-321

*************************

Petit mode d’emploi :
Pour agir : écrivez au Président de la République (doc) avant le mercredi 15 octobre 2014
 Pré­ciser votre nom, prénom, adresse et pays
• Signer
• Affranchir à 0,95€

• Envoyer à l’adresse men­tionnée sur la lettreDepuis mars 2014, au moins 14 personnes ont été victimes de disparitions forcées au Rwanda, après avoir été arrêtées par des éléments des forces de défense et de sécurité. Leurs proches les recherchent en vain auprès des autorités. Ces dernières leur indiquent simplement que des enquêtes sont en cours. un flou qui renforce l’anxiété des familles de disparus.

logo-agir avec acat_fr.jpgUn régime qui a peur
Lors d'un déplacement dans l'ouest du pays, début juin 2014, le président Paul Kagamé a expliqué aux habitants du district de Nyabihu : « Nous ne pouvons laisser personne compromettre notre sécurité et notre développement. Ceux qui chercheront à déstabiliser le pays continueront à être arrêtés. on pourrait même être amené à les tuer en plein jour ». Le pouvoir en place à Kigali est persuadé que le pays est en proie à une menace sécuritaire imminente venant de République Démocratique du Congo (RDC) : des infiltrations d’éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) - groupe armé rwandais basé en RDC - seraient en cours.

Une vague de répression
Pour le Rwanda, tous les moyens semblent être bons pour pallier cette menace. Ces dernières années, plusieurs personnes accusées de vouloir attenter à la sûreté de l’État ont été assassinées à l’étranger. D’autres ont été kidnappées dans les pays avoisinants, principalement en RDC et en Ouganda, et ramenées au Rwanda pour y être jugées. Depuis mars 2014, au Rwanda, 14 personnes soupçonnées de connivence avec les FDLR ont disparu. Dans au moins huit des cas, des témoins ont vu des agents de l’État être présents au moment des enlèvements. […]
Jusqu’à ce jour, ces 14 personnes demeurent introuvables malgré les multiples démarches de leurs proches, qui ont frappé à toutes les portes de l’administration afin de savoir ce qu’il était advenu des disparus. Selon toute vraisemblance, ces personnes portées disparues seraient détenues au secret dans des camps militaires où elles risquent d’être interrogées sous la contrainte, voire sous la torture, afin de leur extorquer des informations et des aveux de culpabilité.

Une législation qui interdit les enlèvements
Bien que le Rwanda n’ait pas encore ratifié la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, son code pénal interdit « l’enlèvement » et la « détention illégale ». toutefois, l’acte de « disparition forcée » n’étant pas défini comme un crime en droit, les familles de disparus n’ont que peu de recours envisageables pour retrouver leurs parents disparus, à part le bon vouloir des autorités.

==> Pour en savoir plus, consulter la fiche du pays dans le rapport 2014 « Un monde tortionnaire » de l’ACAT-France sur le site :http://unmondetortionnaire.com/Rwanda-321

*************************

Petit mode d’emploi :
Pour agir : écrivez au Président de la République (doc) avant le mercredi 15 octobre 2014
 Pré­ciser votre nom, prénom, adresse et pays
• Signer
• Affranchir à 0,95€
• Envoyer à l’adresse men­tionnée sur la lettre

Depuis mars 2014, au moins 14 personnes ont été victimes de disparitions forcées au Rwanda, après avoir été arrêtées par des éléments des forces de défense et de sécurité. Leurs proches les recherchent en vain auprès des autorités. Ces dernières leur indiquent simplement que des enquêtes sont en cours. un flou qui renforce l’anxiété des familles de disparus.

logo-agir avec acat_fr.jpgUn régime qui a peur
Lors d'un déplacement dans l'ouest du pays, début juin 2014, le président Paul Kagamé a expliqué aux habitants du district de Nyabihu : « Nous ne pouvons laisser personne compromettre notre sécurité et notre développement. Ceux qui chercheront à déstabiliser le pays continueront à être arrêtés. on pourrait même être amené à les tuer en plein jour ». Le pouvoir en place à Kigali est persuadé que le pays est en proie à une menace sécuritaire imminente venant de République Démocratique du Congo (RDC) : des infiltrations d’éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) - groupe armé rwandais basé en RDC - seraient en cours.

Une vague de répression
Pour le Rwanda, tous les moyens semblent être bons pour pallier cette menace. Ces dernières années, plusieurs personnes accusées de vouloir attenter à la sûreté de l’État ont été assassinées à l’étranger. D’autres ont été kidnappées dans les pays avoisinants, principalement en RDC et en Ouganda, et ramenées au Rwanda pour y être jugées. Depuis mars 2014, au Rwanda, 14 personnes soupçonnées de connivence avec les FDLR ont disparu. Dans au moins huit des cas, des témoins ont vu des agents de l’État être présents au moment des enlèvements. […]
Jusqu’à ce jour, ces 14 personnes demeurent introuvables malgré les multiples démarches de leurs proches, qui ont frappé à toutes les portes de l’administration afin de savoir ce qu’il était advenu des disparus. Selon toute vraisemblance, ces personnes portées disparues seraient détenues au secret dans des camps militaires où elles risquent d’être interrogées sous la contrainte, voire sous la torture, afin de leur extorquer des informations et des aveux de culpabilité.

Une législation qui interdit les enlèvements
Bien que le Rwanda n’ait pas encore ratifié la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, son code pénal interdit « l’enlèvement » et la « détention illégale ». toutefois, l’acte de « disparition forcée » n’étant pas défini comme un crime en droit, les familles de disparus n’ont que peu de recours envisageables pour retrouver leurs parents disparus, à part le bon vouloir des autorités.

==> Pour en savoir plus, consulter la fiche du pays dans le rapport 2014 « Un monde tortionnaire » de l’ACAT-France sur le site :http://unmondetortionnaire.com/Rwanda-321

*************************

Petit mode d’emploi :
Pour agir : écrivez au Président de la République (doc) avant le mercredi 15 octobre 2014
 Pré­ciser votre nom, prénom, adresse et pays
• Signer
• Affranchir à 0,95€
• Envoyer à l’adresse men­tionnée sur la lettre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article